Alter à la pollution numérique : videz votre boîte mail !

Le numérique fait aujourd’hui partie intégrante de notre vie quotidienne. Même s’il vous apporte du progrès, il ne faut non plus oublier l’énorme empreinte écologique qu’il laisse. En effet, le numérique pollue. Mais comment est-ce possible ? Pourquoi le terme  » mail pollution numérique  » est-il devenu si célèbre ? Comment faire pour limiter cette empreinte écologique ?

Généralités

Il est important de savoir qu’en envoyant un mail, l’on peut provoquer une émission de CO2. Lorsqu’il arrive à destination, il peut rester avec des centaines de mails non lus dans la boîte de réception, et cette dernière peut également émettre du dioxyde de carbone. En effet, un stockage de mail peut émettre jusqu’à 10g de CO2 par an. Cette pollution numérique provoquée par le stockage de nos mails peut aussi atteindre les datas centers. Il faut savoir que les datas centers sont des lieux où sont stockés des serveurs qui fonctionnent sans cesse. Donc, ils peuvent également consommer beaucoup d’énergie. Lorsque vous envoyez des photos, vidéos ou n’importe quelle pièce jointe par e-mail, les datas center les dédoublent pour conserver tous les données. Donc, c’est encore plus d’énergie consommée. C’est pour cela qu’on parle de  » mail pollution numérique « .

 L’importance de l’impact numérique

Voici quelques chiffres et équivalences qui peuvent vous aider à mieux comprendre et à visualiser l’empreinte écologique que peut causer vos activités numériques. Un mail, c’est 10g de dioxyde de carbone, soit l’équivalent de l’utilisation d’une ampoule à basse consommation pendant une heure. Un data center peut consommer autant qu’une ville de 50 000 habitants. Un seul internaute peut avoir plus de 1000 recherches sur Google par an, ce qui fait 28 7000 tonnes de CO2 émis annuellement, alors qu’une tonne de dioxyde de carbone c’est l’équivalent d’un chauffage d’un an pour un appartement ou un voyage aller-retour entre Paris et New-York. Alors qu’un arbre n’absorbe que 5 kg de CO2 par an. L’utilisation du terme mail pollution numérique est donc appropriée car un mail peut laisser une empreinte importante sur l’écosystème.

Quels gestes employés pour limiter les dégâts ?

Il existe des gestes simples pour limiter l’impact de nos activités numériques, que ce soit contre le mail pollution numérique ou autres. Pensez, entre autres, à vider régulièrement votre boîte mail, désinscrivez-vous des newsletters que vous ne lisez pas forcément et pensez à mettre un anti-spam pour éviter les publications en tout genre qui peuvent remplir votre boîte de réception et contenir des virus. Il est important aussi d’éteindre les appareils ou terminaux comme la box internet ou les ordinateurs, au lieu de les laisser en veille. N’oubliez pas également de réparer les appareils numériques, au lieu de les jeter. Pensez aussi à limiter votre usage des moteurs internet ou du Wifi. N’hésitez pas non plus à vider le cloud et limiter le visionnage en streaming.

Pourquoi le streaming et l’écoute de musique en ligne consomment énormément d’énergie
Zoom sur Lilo : le moteur de recherche aux projets sociaux et environnementaux